Saint Mayeul

On mesure la détermination d'un homme à ses possibilités de dire non.  Au cours de sa vie, Mayeul va exprimer deux refus d'envergure :
- en 930 il refusera l'archevêché de Besançon
- en 974 il refusera le siège pontifical qui lui est proposé à la disparition de Benoit VI !
C'est que son destin est ailleurs. Il va devenir moine à l'abbaye de Cluny et le restera pendant quarante ans !
Il jouera alors un rôle historique dans le renouveau et l'expansion du mouvement monastique.

1-Les origines bas-alpines et l'essor de Cluny

Mayeul est né sur notre plateau collinaire, à Valensole, en 910. Il y passera sa petite enfance jusqu'à huit ans, au milieu de ses parents. Son père est un seigneur, noble : Fouquier de Valensole. Sa mère, Raymonde, appartient au lignage des Aubry implanté dans le Narbonnais et le Mâconnais (avec des titres de comtes et de vicomtes).
Nous sommes donc bel et bien dans une riche famille alleutière de Haute Provence. Précisons ici qu'une famille alleutière est propriétaire d'un alleu, c'est à dire d'une terre libre ne relevant d'aucun seigneur et exempte de redevance !
Mais la quiétude du plateau va être troublée par les incursions sarrasines qui ravagent la Provence ainsi que par des guerres aristocratiques provençales et
bourguignonnes  (les bourguignons de Boson investissent l'Italie et la Provence dans les années 80).
De fait, les parents de Mayeul vont quitter Valensole vers 918 pour se replier à Macon.
Mayeul va alors suivre une formation ecclésiastique confortant ses connaissances théologiques.
C'est ici qu'intervient l'épisode de son premier refus. Chanoine de la cathédrale de Macon, on lui proposa de devenir évêque de Besançon. C'est alors qu'il décide, après son refus, de suivre une autre voie : il va se convertir à la vie monastique, à Cluny.
Il mènera un abbatiat de quarante années !! Après avoir prononcé ses vœux (vers 943.944), il fut  d'abord "armarius", c'est à dire garde des livres et maitre des cérémonies.
D'ailleurs, toute sa vie, la lecture fut son occupation favorite. N'oublions pas que les clunisiens sont des professionnels de l’écriture.
C'est l'abbé Aymar, en déclin de santé, qui le choisit comme coadjuteur, puis successeur en 954.
Sans entrer dans l'histoire clunisienne mettons en avant le rayonnement que connut Cluny sous Mayeul .Il s'occupa à la fois du développement financier et spirituel de l'abbaye et des monastères, en y introduisant la règle bénédictine. Bâtisseur et voyageur, il parcourut une partie de l'Europe pour diffuser la réforme monastique. Il fonda notamment un monastère à Pavie et fit de nombreux voyages en Italie.
C'est au cours d'un des ces voyages que va se situer un épisode qui aura une répercussion sur toute la Provence : sa capture par les sarrasins.

2-Un événement majeur: l'enlèvement de Mayeul

--- L'iconogaphie de Mayeul est rare. Celle d'ici est peinte sur un vanteau de bois d'une armoire à reliques (15 ième siècle).

L’aura de Mayeul lui donna de l'influence sur le plan politique européen. Il fut notamment écouté par le roi des francs : Hugues Capet (ce dernier se rendra en pèlerinage à Savigny sur son tombeau) ; mais aussi d’Adélaïde de Bourgogne, de son mari l'empereur d’Allemagne Otton I et de son fils Otton II.
C'est donc un personnage très en vue qui va être capturé en juillet 972 par les sarrasins qui le reconnaissent et réclament une forte rançon.
En effet, il existe depuis des années en Provence tout un contexte de bandes armées qui implantent des forteresses (la plus importante au Fraixinet= la Garde Freinet) et réalisent des pillages dans la région.
Odilon, dans sa " Vita sancti Maioli " écrit : " à cette époque, depuis les confins de l'Espagne, la très cruelle et bouillonnante multitude de sarrasins gagna la Provence et massacra hommes et femmes, jeunes et vieux. "
La désolation de cette domination barbaresque fait tomber le pays dans une récession qui concerne aussi bien les peuples que les activités économiques et les biens de l’Eglise.
On cite toujours la victoire de Charles Martel à Poitiers en 732, arrêtant l'invasion des musulmans en Gaule.
Pourtant ils restent donc nombreux  installés en Provence et y cabotent le long des côtes (Saint Tropez devenant même une base pour navires et marchandises). Si il n'y a pas d'armée d'invasion proprement dite nous sommes en présence de nombreuses bandes très mobiles et très bien armées, promptes à toute expédition militaire.
Quant aux pèlerins se rendant à Rome, ils sont massacrés comme les autres prisonniers chrétiens.
Mayeul, abbé de Cluny, fut donc pris en otage par une bande de pillards, dans les alpes, alors qu'il revenait d'Italie avec d'autres pèlerins.
Une forte somme fut réclamée. Raoul Glaber, moine historien de l’onzième siècle, précise : "ils lui fixèrent un certain poids d'argent comme le montant de la somme. Il s'agissait de mille livres d’argent, qu'ils se partagèrent à raison d'une livre chacun."
Les moines de Cluny réussirent à réunir la rançon. De  nombreux objets de culte et d'orfèvrerie du trésor de Cluny furent fondus pour pouvoir payer (Agnès Gerhards, l'Abbaye de Cluny). Mayeul fut alors libéré et retrouva Cluny en Septembre.
Les sarrasins sont ils donc définitivement installés sous le climat et les terres de Provence?
En fait, cet enlèvement va provoquer un sursaut salvateur, une offensive armée destinée à les expulser définitivement.
L'impulsion guerrière fut donné par les moines et les seigneurs provençaux qui se soudèrent derrière Guillaume II qui deviendra dans l'Histoire" Guillaume le libérateur", voire même le "pater patriae" c'est à dire le père de la patrie.
Ce fils et successeur de Boson II  va entrainer ses troupes de seigneurs locaux (comme Bevons ? né dans la vallée du Jabron qui arrêta par ailleurs les envahisseurs à la Pierre Impie dans sa vallée du Jabron) mais aussi des anonymes qui se décident à se défendre, abandonnant leur passivité.
C’est "au nom de Mayeul" que va  être mené une guerre de libération. C’est donc  l'émotion provoquée par sa capture qui va en quelque sorte être l'élément déclencheur qui va hâter la fin de la domination sarrasine!!
Plusieurs batailles se succédèrent. Parmi elles la bataille de Tourtour en 970 vit une victoire marquante. Ensuite la dernière forteresse, celle de la Garde Freinet, fut aussi définitivement prise et rasée.
Cette victoire apparait donc en cette année 973 comme la libération de la Provence .Elle prend toute une valeur de symbole  et Guillaume deviendra le chef incontesté  de la région.

3-Les sentiments valensolais de Mayeul

Si Mayeul étendit le rayonnement de Cluny sur l'ensemble de l’occident, il n'oublia pas sa région bas-alpine de Valensole.
En fait, on peut penser qu'il est à l'origine du maillage du réseau clunisien dans notre région. N'oublions pas qu'en entrant à Cluny il fit don de la demeure seigneuriale paternelle à son Ordre et c'est bien là que se situe l'origine des possessions clunisiennes en Provence.
Devenu abbé, il associe en quelque sorte sa vie familiale à sa vocation.
De plus, après la déroute des sarrasins, il va tout naturellement tenter de récupérer les biens ruinés par l’envahisseur.
Mayeul dirige ainsi l'administration du domaine clunisien en haute Provence et on va voir apparaitre aussi bien des établissements modestes que des prieurés pus importants, comme ceux de Valensole ou de Ganagobie...
Il ne reste rien aujourd'hui à  Valensole de cette église priorale fondée par Cluny sur une terre appartenant à la famille de Mayeul.
La politique provençale de Mayeul laisse donc bien apparaitre la profondeur de ses racines .Sentimentalement, il s'occupe ici, de fait, de ses anciennes possessions familiales....
Même après sa mort, les comtes de Provence vont continuer a restituer  à Cluny, sous forme de donation, les terres situées à Valensole.
Il est vrai que la libération de la Provence suite à la croisade menée par Guillaume avait eu comme conséquence de développer la féodalité, le libérateur distribuant des terres à ses chevaliers.
De plus, les considérations géopolitiques ne sont pas absentes, la Provence étant une zone intermédiaire entre deux pôles d'influence : capétienne au nord, ottonienne au sud.
Mais a  coté de son rôle devenu historique, Mayeul, quatrième abbé de Cluny, va laisser une grande trace spirituelle.
Reconnu comme saint immédiatement après sa mort (et cela à une époque ou les procédures de canonisation ne sont pas encore écrites), son culte va être très important au Moyen Age. Il est inhumé au prieuré de Souvigny qui devient alors un important lieu de pélerinage. C'est donc bien le premier abbé de Cluny reconnu comme saint.
La guerre menée en son nom après son enlèvement en fait en quelque sorte, lui aussi, le libérateur de la Provence.
Et si son destin est lié à l'abbaye bourguignonne de Cluny, il reste également indissociable de ses origines hautes provençales.
A Valensole, sa ville natale, une chapelle évoque sa mémoire. On peut y voir un buste, une statue et une toile le représentant aux pieds de la vierge.
D'une manière simple, conforme à la vie de ce plateau et à son engagement monastique, ils évoquent un personnage exceptionnel.

Bibliographie: Les Alpes de Lumière, N 115, est consacré à Mayeul .1994
Bulletin de l'asso.pour la sauvegarde du patrimoine religieux de Hte Pce.1993                                                                                           

Robert Sausse

sommaire