Les étoiles de la Saint Vincent

  1-Une histoire bien visible

La Haute Provence présente une particularité géologique attrayante pour tous. Alors que la plupart des régions sont recouvertes de champs cultivés, de prairies ou de forêts, il apparaît ici de nombreux affleurements rocheux issus de l'histoire de la formation des Alpes.

Nous sommes alors en contact direct avec le fond de la mer qui occupait l'endroit pendant des millions d'années ! Ce substrat rocheux a subi toutes sortes de pressions alpines, d'érosions climatiques, qui ont crée au cours des siècles des sites grandioses de gorges, de falaises, de grottes, de plis ou de soulèvements.

On passe ainsi, par exemple, des gorges du Verdon aux clus de Chabrières ou des rochers sculptées des Mourres de Forcalquier à ceux des pénitents des Mées .

Mais si ces sites pittoresques attirent facilement l'oeil, il apparaît à chaque pas des richesses minérales plus discrètes, présentes notamment sur des sites fossilifères.

Ce fut Simon-Jude Honnorat (né à Allos, mort à Digne) qui impulsa les recherches géologiques et paléontologiques dans tout le département. (on parle maintenant couramment de Barrêmien ou des marnes de Reillanne...)

La Réserve Naturelle Géologique de Haute Provence va être créé en 1981 pour valoriser et protéger toutes ces richesses. Mais c'est à Digne qu'apparaissent les sites et les spécimens les plus spectaculaires. En fait, la ville est réputée pour abriter dans un secteur limité tout un condensé de l'histoire des alpes, du début du jurassique jusqu'au tertiaire.

Selon le dictionnaire, un fossile "est un organisme végétal ou animal conservé dans des dépôts sédimentaires de l'écorce terrestre ". On trouve donc ici, sur ces anciens fonds aquatiques, des fossiles d'animaux marins remarquables. Citons les plus connus : l'Ichtyosaure, reptile marin fossilisé à la Robine ou la fameuse dalle à ammonites présentant 1550 coquilles ! Mais cette dalle montre aussi d'autres fossiles, bien plus petits, en forme d'étoiles, de couleur foncée.

Elles vont briller dans un autre domaine, celui de l'artisanat d'art : la joaillerie.

2-Les pentes de la colline Saint Vincent

Si Pierre Gassendi, le plus célèbre des érudits bas alpins, était théologien, philosophe et mathématicien, il était aussi...astronome. Il avait manifesté très jeune le goût pour cette science et il s'adonna avec passion à l'observation des astres.

Pour ce faire il gravissait une colline collée à Digne, juste derrière Notre Dame du Bourg : la colline Saint Vincent. Il arrivait ainsi au sommet, jusqu'au monastère des Mathurins d'où il pouvait observer le ciel. Mais s'il regardait le ciel, il regardait aussi à ses pieds. De plus, son regard de savant était doublé d'un regard d'amoureux de son terroir. Il parle, par exemple, avec suavité de tous ces "fruits délicieux" de la vallée de la Bléone.

Comment donc de petits fossiles en forme d'étoiles qui parsèment la pente gravie auraient-ils pu échapper à son oeil structateur et passionné ? Bien sûr d'autres personnes en remarquèrent l'originalité mais il y appliqua son esprit scientifique et dès le 17 ème siècle Pierre Gassendi va décrire cette étoile de Saint Vincent qui tire son nom de la colline éponyme : "(ces pierres) souvent de couleur foncé...se distinguent selon les incisions particulières qui ont l'aspect d'étoiles pentagoniques".

Mais ces pierres, qui sont des fossiles à forme étoilé, qu'elle est leur origine ? D'où proviennent-elles ?

C'est la paléontologie, c'est à dire la science des êtres vivants ayant existé sur la terre avant la période historique et qui est fondée sur l'étude des fossiles, qui va nous éclairer.

Nous sommes en présence d'animaux marins qui ressemblent à des végétaux !!

Ce sont des invertébrés de la classe des Echynodermes (=peau couverte de piquants comme l'oursin) et du groupe des Crinoides ( du grec krinon =lys de mer ).

La représentation dessinée (ou un fossile entier) nous en donne une idée à la fois claire et étrange : l'ensemble est rattaché au fond marin par une tige et au dessus s'agitent comme des posidinies dix bras articulés.

--- Animaux des fonds marins(dessin Sté Varoise de géologie). On y voit nautiles,ammonites et ....à droite nos crinoides!

Les étoiles que l'on trouve dans nos collines bas-alpines sont les restes de ces animaux qui présentaient une conformation rare dans la nature basée sur le chiffre 5 (symétrie pentaradiaire)

Voici donc nos pentacrines, c'est à dire nos étoiles de Saint Vincent à cinq branches, c'est à dire les restes isolés de ces animaux qui peuplaient il y a 180 millions d'années nos fonds marins dignois.

3-La bonne étoile d'Antoine Colomb

a-L'artiste créateur

La pentacrine-l'étoile de la Saint Vincent- aurait pu faire l'objet de quelques communications scientifiques ou être exposée dans une vitrine d'un musée naturaliste.

Mais elle va acquérir une renommée bien plus grande grâce à une tansformation et une mise en valeur par le travail d'un orfèvre : Antoine Colomb .

Antoine Colomb, né à Digne, est donc un bijoutier-graveur tout comme son père et comme le sera son fils. (On retrouvait la même notion de dynastie dans le métier de tailleur de pierres du sculpteur dignois Botinelly ).

Vers le milieu du 19 ème siècle il va avoir l'idée d'utiliser les petits fossiles dignois en forme d'étoile à cinq branches pour confectionner des bijoux.

La joaillerie est l'art de monter des pierres précieuses pour en faire des joyaux. Mais là est précisément le coup de génie d' Antoine Colomb : il va utiliser non pas des pierres précieuses mais un morceau de pierre commun dans la région, de quelques millimètres de diamètre et de plus extrêmement fragile !

Avec tout un travail de délicatesse il va enchâsser l'étoile dans une armature d'argent ou d'or et créer ainsi toute une panoplie de bijoux qui vont avoir un grand impact régional.

Selon les spécialistes, les créations témoignent à la fois d'un talent certain et ont su résister au temps.

b-Les ressorts du succès

L'étoile de Saint Vincent - en ce milieu du 19 ème siècle- va de suite trouver une nombreuse clientèle pour plusieurs raisons.

---Une mode, celle de ce beau bijou, va se propager parmi les élégantes de la ville et de la région. Des photos d'époque nous montrant de belles dignoises parées de nombreux bijoux (boucles d'oreilles, broches, diadèmes etc...) semblent largement le confirmer.

---L'affirmation d'un signe identitaire. Le bijou est fabriqué par un orfèvre Dignois à partir d'un matériau que l'on peut ramasser dans les collines voisines. On sait comme le plus petit souvenir peur être évocateur d'émotion et de joie .On est dans le registre qu'évoque Giono à propos de la lavande "Il suffit d'un bouquet de lavande pour qu'il nous soit parlé et en un langage d'une étrange intensité -de ces libertés essentielles qui sont le charme de ses hautes terres"(in Provence) .Il suffit, sans doute, à un dignois ou à une dignoise d'une étoile de la Saint Vincent ...pour entendre le langage de son pays!

D'ailleurs, c'est ce qui arriva pour les habitants de Barcelonnette (ou de Digne) émigrés au Mexique. Ainsi, en plus de sa valeur émotionnelle et sentimentale, l'étoile venue de Haute Provence sera un signe de reconnaissance.

---La création d'une palette de bijoux va permettre de toucher toute la famille et les évènements de la vie ; de la naissance au mariage, du souvenir de pèlerinage au bijou plus luxueux .En fait, les nombreux modèles créés renouvellent l'engouement.

---Enfin, la forme étoilée de la pentacrine est elle même porteuse de mystère et constitue un symbole de la vie des hommes. Sans remonter aux civilisations Mésopotamiènes ou Babyloninnes ou à diverses interprétation ésotériques, il faut tout de même noter que les étoiles sont un symbole du mystère humain et semblent par leur scintillement éclairer les ténèbres.

Ici, en Haute Provence, à coté des saints protecteurs on a conservé le sentiment confus d'une religion de la terre et un pouvoir surnaturel peut être attaché à des plantes, des lieux, des animaux ou des pierres. Ainsi les pierres en forme de pointe (doigt de sorcier) ou en forme d'étoiles semblent protéger du mauvais oeil (et particulièrement de la foudre pour les bergers qui vivent dehors)

4-La piste aux étoiles

Antoine Colomb avait bien d'autres activités. Passionné par les oiseaux, il eu le surnom de "père aux oiseaux». Il s'impliqua aussi dans la municipalité dignoise devenant adjoint au maire. Surtout, il fréquenta artistes et poètes, notamment Frédéric Mistral et Paul Arène.

Des célébrités purent profiter de ses créations. Ainsi, il offrira à madame Sadi Carnot un diadème et surtout une broche en forme de plume d'aigle royal pour l'amiral Avellan qui commandait la flotte russe en France, en 1893.

Une photo d' Antoine Colomb le représente dans son magasin: une belle barbe blanche encadre son visage. Il porte la blouse d'artiste au travail. Il tient à la main une petite étoile de la Saint Vincent, et sa tête est couverte d'une casquette de marin. Le regard, lui, semble fixer un monde d'étoiles...

C'est qu'ici, en haute Provence, les étoiles sont plus présentes qu'ailleurs. Ce n'est pas pour rien que l'Observatoire a été installé à Saint Michel. Au delà de la pureté physique du ciel qui permet les observations c'est le poète--comme toujours-- qui exprime le mieux ce sentiment.

Pour Francis Ponge, les étoiles sont ici présentes non seulement la nuit, mais aussi le jour !! "Certes le soleil empêche qu'on voie les étoiles en plein jour, mais on devine la nuit intersidérale....Si l'on aime tant venir dans la région méditerranéenne, c'est à cause de cela...pour jouir de cette présence constante de l'infini intersidéral qui donne sa gravité à l'existence humaine."

A la suite du poète et de l'artisan Dignois, vivons une vie étoilée.

Robert Sausse

Bibliographie :Viviane Hervois, Les Bijoutiers d'étoiles de St-Vincent de Digne. 2001

Sommaire